Agriculture Biologique forever

31/10/17 Coup de gueule bio

Bien qu'ayant banni les produits chimiques de synthèse depuis 2012, Vignes des Angélys est officiellement en conversion vers l'agriculture biologique depuis avril 2016. Nous disons "officiellement", car c'est à partir de cette date que le domaine a été inscrit à l'agence bio, et qu'un organisme certificateur a débuté des audits de contrôle de la production.
C'est une véritable redécouverte du métier de vigneron, une autre approche basée sur l'observation, tellement plus respectueuse de l'environnement, tellement plus logique, même si le travail à fournir et les contraintes sont plus importantes.  C'est l'occasion de parler un peu des techniques de désherbage...

L'herbe qui est visible à l'inter rang sur cette photo d'octobre 2017 n'a été tondue qu'une seule fois... depuis juillet 2016! Elle est coupée après avoir terminé son cycle, ce qui nous garantit qu'elle ne repoussera plus dans l'année en cours (sauf si l'été est pourri de chez pourri). Inutile donc de s'acharner à raser l'herbe comme on entretiendrait une pelouse, il n'y a que des inconvénients: Les adventices vont se battre pour leur survie tant qu'elles n'auront pas produit leurs graines, et vont donc puiser encore et encore de la matière organique dans le sol en concurrençant ainsi la vigne. A agir ainsi, on perd notre temps, on gaspille du gas-oil, et on tasse inutilement le sol avec le poids des tracteurs.
Les herbes hautes permettent aussi à la vie de revenir dans les vignes (insectes prédateurs, multiplication des espèces végétales). On appelle cela la biodiversité, et elle est nécessaire pour rééquilibrer au mieux les dégâts causés par les monocultures.

De plus, d'Avril à début Juillet, ces herbes hautes dans les vignes (1 rang sur 2) sont très belles, poétiques même. Peut-être que nos yeux sont trop habitués à voir des cultures bien "propres", bien "au carré"?

En revanche, il est impératif que le dessous du rang soit impeccable.

Pour ceci, à l'automne, le cavaillon est "re-chaussé" (cf photo). C'est à dire que l'herbe qui a poussé sous le rang est recouverte de terre à l'aide d'un disque monté sur un tracteur. Le travail consiste à réaliser une petite butte de part et d'autre des ceps, tout le long du rang.

A la fin de l'hiver, et afin de maîtriser les adventices qui auront poussé d'octobre à février, nous désherberons mécaniquement à l'aide d'une lame intercep. Cette lame va couper l'herbe à la racine, à quelques centimètres de profondeur (photo ci-dessous).

Bien que des contrôles sévères et d'énormes progrès aient été réalisés ces dernières années (réduction des doses de produits phytosanitaires, Zones de Non Traitement, réglementations diverses liées à l'utilisation des pulvérisateurs), il nous faut bien avouer que l'agriculture pollue.

Mais qu'en est-il des centaines de milliers de jardiniers du Dimanche qui cultivent des dizaines de milliers d'hectares? En admettant qu'à l'instar des agriculteurs, ces apprentis sorciers respectent scrupuleusement les dosages indiqués, les fréquences de traitements ou encore raisonnent leurs cultures, ce sont de toute façon des tonnes de produits chimiques déversées dans la nature chaque année.

On entend souvent dire: "Les paysans nous empoisonnent avec leurs produits, ce sont des pollueurs". Certes, mais il est primordial de rappeler que ce sont bien eux les premières victimes dans le sens où ils sont en contact direct avec les pesticides. Ils en "bouffent" des doses très importantes à chaque traitement.

"Victimes", car tous ne sont pas conscients, ou n'ont pas été conscients - comme j'ai pu l'être-  des risques encourus à manipuler de telles substances. Un certain obscurantisme a été maintenu là-dessus pendant des années, et aujourd'hui encore, les fabricants, les fournisseurs et les commerciaux (formatés?) tentent de minimiser la gravité tant le marché est juteux.
Abuser à ce point de la confiance des agriculteurs (et des consommateurs) est purement et simplement scandaleux.

Nous reviendrons sur la maîtrise de l'enherbement tout au long de la saison prochaine, à chaque étape, afin de montrer qu'en matière de viticulture, des solutions alternatives sont possibles. Elles existent depuis bien des années. 

Chapeau bas à ces pionniers de la bio qui ont évolué à contre courant durant des décennies, et qui ont été pris pour des branleurs à une certaine époque que l'on qualifiait "d'époque du "progrès".

Progrès ou obscurantisme?

Laisser une appréciation sur cet article...

Capcha
Entrez le code de l'image