Le BIO, c'est du pipeau!

20/06/19 Coup de gueule bio

-"Vous dites que vous êtes "en bio", mais certains de vos voisins sont en conventionnel. Alors, hein, "votre" bio, ça ne veut rien dire... Vous nous prenez pour des imbéciles"... Et gnagnagnâââ.
C'est sûrement le genre de phrase que je me ramasse le plus souvent sur les marchés, et même à la propriété.
Il est vrai qu'à force d'entendre le mot "BIO" au quotidien, on peut ressentir de l'énervement! Alors, face à l'agacement, à l'agressivité parfois, aux préjugés, rien ne vaut une petite explication, histoire de parler calmement de toutes ces idées reçues.
 

Tout d'abord, il est impératif de savoir que même si un produit bio est incontestablement meilleur pour la santé, il n'est pas un produit d'une pureté de cristal. Si certains le prétendent, ils se trompent, car malheureusement, nous le savons bien, la pollution est dans l'air, dans l'eau, et aussi dans le sol.
En agriculture biologique, nous n'employons aucune substance chimique de synthèse, et nous veillons à respecter au maximum l'environnement. On trouve en moyenne 200 fois moins de résidus de pesticides dans un produit bio (français) que dans un produit conventionnel (français aussi)... pas si mal, non?
L'explication réside dans le fait qu'une plante traitée en conventionnel est pulvérisée "à bout portant" avec des produits le plus souvent systémiques (pénétrants au coeur du végétal, puis véhiculés par la sève).

Personnellement, en tant qu'amoureux de la nature, la démarche d'une conversion me démangeait depuis bien longtemps déjà. Mais la démarche est délicate, assez compliquée, contraignante et peut mettre en péril l'entreprise.
C'est en fait la nocivité perceptible des produits chimiques qui m'ont poussé à faire le pas, sans l'ombre d'une hésitation. Pas question d'y laisser la peau...

Autour des Vignes des Angélys, il y a un éleveur bio, un céréalier bio, et... un viticulteur conventionnel qui possède une parcelle qui jouxte presque une des miennes. Ce dernier a la grande gentillesse de me laisser traiter les premiers rangs de sa vigne à la bouillie bordelaise et au soufre afin de limiter au maximum les contaminations liées aux produits phytosanitaires qu'il utilise. Physiquement, je ne peux plus les supporter (les produits, j'insiste, pas les voisins)! C'est un très beau geste de confiance de sa part, je tiens à le souligner. Tous le monde n'en ferait pas autant. Ce n'est pas parce qu'on ne mène pas la même politique qu'il ne faut pas se respecter!

Autre phrase couramment entendue:
-"Votre bio, c'est cher! Tout le monde ne peut pas se la payer..."
Les prix des aliments biologiques et locaux peuvent nous faire grincer des dents, c'est vrai. Le bio a "bon dos", et d'aucuns tentent d'en profiter parfois, il est important de le souligner.
Mais il faut bien faire la différence entre des denrées industrielles produites en masse (salaires de misère à l'étranger etc... etc...) et des denrées produites de façon naturelle. Il y a en effet beaucoup plus de contraintes, plus de frais, et une certaine baisse de rendement.
On voudrait que "ça soit bio, que ça soit bon, que ça soit local, et surtout que ça ne soit pas cher"!
Et puis quoi encore?
Il y a pourtant moyen de s'en tirer à moindre frais à condition de bannir les plats préparés par exemple, et de privilégier le vrac. Beaucoup de familles font cet effort, et choisissent de moins dépenser d'argent dans d'autres domaines (vêtements, déco, loisirs etc...)
"Le billet que l'on a dans son porte monnaie est un bulletin de vote". Une phrase qui en dit long.

Donc, non, la bio, ce n'est pas du pipeau, loin de là, surtout pour les agriculteurs qui sont amenés à manipuler des produits de traitements.
L'agriculture biologique, bien qu'elle ne soit pas parfaite est devenue incontournable, et plus que jamais, il est impératif de la protéger de tous les opportunistes sans scrupules qui tentent de s'en emparer pour seulement l'appât du gain.
Elle n'est plus aujourd'hui cette sorte d'alternative pour illuminés comme on pouvait le penser il y a encore quelques années de cela, mais bel et bien la solution pour l'avenir si on ne veut pas finir de s'empoisonner pour de bon.

 

2 commentaires

#1 | | frederic a dit :
bonjour David

j'ai toujours beaucoup de plaisir à lire vos billets, vos coups de gueule…..d'abord bien écrit….et c'est agréable de lire une prose bien rédigée (pour la forme) et des propos toujours justes et que je partage sur le fond

bon été et bon courage pour les vendanges… je passerai une commande courant octobre ou novembre 2019

amitiés sans oublier vos parents

Frédéric
#2 | | David a dit :
Bonjour Frédéric, et tout d'abord, pardon pour ma réponse si tardive! Il faut que je prenne l'habitude de consulter la messagerie plus régulièrement.
Et merci pour vos encouragements.
Amitiés.
David

Laisser une appréciation sur cet article...

Capcha
Entrez le code de l'image