Cuvée The Seeds Of Love

23/04/20 Musique cuvée

En Septembre 1989, les Tears For Fears alors à leur apogée nous livrent leur troisième album intitulé "The Seeds Of Love". Pas moins d'un million de livres auront été nécessaires à sa réalisation, et n'en déplaise aux grommeleurs, il s'agit ici d'une des toutes meilleures productions des années 80.
Quoi? Ça y est, j'ai prononcé la phrase maudite: "les années 80"...

Non, je ne dis pas de gros mots quand je dis "années 80". Car il faut avouer qu'elles sont souvent décriées à tort par nombre d'intellos du rock, un peu comme s'il était de bon ton d'affirmer systématiquement que cette décennie fut la plus merdique de toutes en matière de musique.
Certes, on retient de cette période un aspect un peu kitch voire de mauvais goût au niveau du look ou des sons des synthés, mais il serait bien dommage de faire l'impasse totale sur cette époque riche en couleurs, en excès, en folie et en inventivité.
Mes chers petits, les années 80 ne se limitent pas à Sabrina, David et Jonathan, Jean-Pierre François ou encore Herbert Leonard, alors ne nous laissons pas influencer par ces langues de vipères, et jetons plutôt une oreille attentive du côté de ce "Seeds Of Love".

C'est l'ambiance inexprimable, la complexité des arrangements, la panoplie d'instruments et la qualité des compositions qui frappent en premier à l'écoute de ce superbe album mêlant avec bonheur pop, rock planant, psyché, soul et jazz.
Ce n'est pas rien de dire que Roland Orzabal et Curt Smith (les Tears For Fears) auront vraiment su s'entourer efficacement pour la réalisation de cette petite merveille. Et justement, cette touche soul / jazzy que j'évoquais plus haut est amenée par l'extraordinaire chanteuse et pianiste américaine Oleta Adams qui laissera à cet opus une marque indélébile (comme en témoignent des titres tels que le groovy "Badman's Song" ou l'atmosphérique "Woman in Chains").

Mais le casting prestigieux des musiciens qui ont mis leur pierre à l'édifice ne s'arrête pas là, car on notera la présence de Manu Katché, Phil Collins et Simon Phillips à la batterie ainsi que la présence de Pino Palladino à la basse.
Du côté des choeurs, on aura le plaisir d'entendre Tessa Niles et Dolette McDonald. C'est du lourd, mais il serait injuste de ne pas signaler la participation de toute une brochette de musiciens certes moins célèbres, mais néanmoins très talentueux, sans qui cet album ne serait pas ce qu'il est (Chris Hughes, David Bascombe etc etc).

Ajoutez à tout cela des cordes, de la trompette, de l'harmonica, de la programmation au Fairlight et surtout des compositions qui font mouche, et vous obtiendrez cette pépite qui s'écoute comme un album-concept progressif.

A la fin de l'été 1989 sortait le surprenant "Sowing the seeds of love", le premier single de cet album qui allait annoncer la couleur: les Tears For Fears étaient devenus ambitieux et avaient mûri. Impossible de ne pas accrocher à ce groove, à ce chant entêtant, à ces cascades d'instruments et à tous ces rebondissements incessants dans ce titre de 5 minutes et 42"... Le clip, lui, même s'il prête à sourire aujourd'hui, était assez remarquable pour son époque.
En bref, "Sowing the seeds of love" était suffisamment intrigant pour donner envie d'écouter l'album en entier ! Et si l'on excepte "Advice for the young at heart" qui reste un titre assez habituel du style de TFF, le reste surprend très agréablement.
C'est dans des ambiances étranges et plaisantes à la fois que s'enchaînent des perles telles que "Badman's Song", "Standing on the corner of the third world", "swords and knives", avant que d'arriver au point culminant de cette galette, je veux parler de l'époustouflant "Year of the knife", complexe, énergique et riche en rebondissements lui aussi, sur une durée de plus de 7 minutes, auquel va succéder le très beau "Famous last words", planant et mélancolique, qui vient clore magnifiquement ce disque décidément trop court !

Curieusement, "The seeds of love" a beau avoir la faveur de nombreux critiques et faire la quasi unanimité quant à sa qualité, il n'est que trop peu souvent cité comme "un disque qu'il faut avoir écouté absolument une fois dans sa vie".
Pourquoi? Allez donc savoir.
Une bien belle surprise en tout cas.

 

 





 

Laisser une appréciation sur cet article...

Capcha
Entrez le code de l'image